Note d’information à l’intention des pays concernant le Rapport sur le développement humain 2019 . Guinée

Accueil | Economie-Commerce-PME | Note d’information à l’intention des pays concernant le Rapport sur le développement humain 2019 . Guinée

Note d’information à l’intention des pays concernant le Rapport sur le développement humain 2019 . Guinée

PNUD

list_alt Economie-Commerce-PME | Etat des Lieux/Etudes

visibility 289 vertical_align_bottom 179
Publié en 2019

L’approche du développement humain repose sur le principe selon lequel l’élargissement du champ des libertés individuelles et collectives est à la fois l’objectif et le principal moyen de réalisation du développement durable. Si les inégalités de développement humain persistent et se creusent, les aspirations du Programme de développement durable à l’horizon 2030 resteront des voeux pieux. Aucune trajectoire n’est toutefois préétablie. Des écarts se resserrent dans certaines dimensions fondamentales du développement humain, tandis que d’autres font leur apparition. Les mesures que choisissent de prendre les pouvoirs publics déterminent ce qu’il adviendra des inégalités, tout comme elles déterminent l’évolution et l’impact des changements climatiques, ou encore la direction du progrès technologique, deux facteurs qui influeront sur les inégalités au cours des quelques prochaines décennies. L’avenir des inégalités de développement humain au XXIe siècle est donc entre nos mains. Mais nous ne saurions nous montrer complaisants. La crise du climat nous montre que l’inaction a un prix qui ne cesse de grimper avec le temps, car elle favorise davantage les inégalités, ce qui en retour rend toute action plus difficile. Nous nous approchons d’un précipice dont nous aurons du mal à sortir. Nous devons impérativement changer de trajectoire sans attendre tant que nous le pouvons encore.

Les inégalités de développement humain causent du tort aux sociétés, affaiblissent la cohésion sociale et ébranlent la confiance : celle des citoyens envers les pouvoirs publics, envers les institutions et les uns envers les autres. Elles causent également du tort aux économies, en empêchant les individus de réaliser leur plein potentiel au travail et dans la vie, gaspillant ainsi leurs capacités. À cause des inégalités, il est plus difficile que les décisions politiques traduisent les aspirations de l’ensemble de la société et protègent notre planète ; l’influence exercée par les quelques puissants sert avant tout leurs propres intérêts. Les inégalités de développement humain constituent un frein déterminant à la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

Les inégalités de développement humain ne se résument pas aux différences de revenus et de richesses. Le Rapport sur le développement humain (RDH) 2019 s’intéresse aux inégalités de développement humain au-delà des revenus, des moyennes et du temps présent. L’approche proposée définit des politiques visant à corriger ces inégalités en tenant compte du lien entre la formation de capacités et le contexte global dans lequel fonctionnent les marchés et les administrations publiques.

Les politiques publiques ont de l’importance pour les inégalités et inversement. Il est indispensable d’aborder les inégalités à travers le prisme du développement humain et de s’interroger sur les raisons de leur importance, sur leurs manifestations et sur les mesures à prendre. Les déséquilibres de pouvoir économique se traduisent in fine par une dominance politique qui, à son tour, peut creuser les inégalités et entraîner des catastrophes environnementales. L’action en début de cette chaîne est bien plus aisée que l’intervention après coup. Le Rapport sur le développement humain 2019 apporte une contribution au débat en présentant les faits sur les inégalités de développement humain et en proposant des idées d’action pour les résorber au XXIe siècle.

Cette note d’information est structurée en sept parties. La première concerne les pays couverts par le Rapport sur le développement humain 2019 et la méthodologie adoptée. Les cinq parties suivantes expliquent les principaux indices composites de développement humain : l’indice de développement humain (IDH), l’indice de développement humain ajusté aux inégalités (IDHI), l’indice de développement de genre (IDG), l’indice d’inégalité de genre (IIG) et l’indice de pauvreté multidimensionnelle (IPM). Enfin,

la dernière partie présente les cinq tableaux de bord : qualité du développement humain, écart entre les genres tout au long de la vie, autonomisation des femmes, durabilité environnementale et durabilité socioéconomique.

Il importe de noter qu’il peut y avoir des divergences entre les données nationales et internationales, car les organismes internationaux harmonisent les données nationales par souci de comparabilité entre les pays et peuvent, dans certains cas, ne pas avoir accès aux données les plus récentes.