RAPPORT D’EVALUATION DE LA LIGNE VERTE 116 DE LA GUINEE

Accueil | Education-Protection | RAPPORT D’EVALUATION DE LA LIGNE VERTE 116 DE LA GUINEE

RAPPORT D’EVALUATION DE LA LIGNE VERTE 116 DE LA GUINEE

CNLTPPA/EXPERTISE FRANCE

list_alt Education-Protection | Etat des Lieux/Etudes

visibility 179 vertical_align_bottom 63
Publié en 2021

Résumé exécutif

Cette évaluation technique du dispositif de la ligne verte 116 a été réalisée avec une approche participative combinant plusieurs méthodes à savoir : entretiens avec les parties prenantes, évaluation du matériels et analyse du fonctionnement. L’évaluation et le processus d’analyse ont été conduits par une équipe mixte de spécialistes accompagnée par le personnel de l‘ONG AGUIAS, et se sont déroulés du 09 octobre au 19 novembre 2020.

Les constats principaux suivants ont été relevés :

Aspect règlementaire et Juridique : Une disposition du code pénal définît et sanctionne la traite des personnes comme mentionné dans le code pénal Guinéen 2016 (de l’Article 323 à l’article 333).

Fonctionnement  : L’ONG gestionnaire de la ligne verte (AGUIAS) dispose d’un personnel permettant de faire fonctionner le dispositif à minima. Cependant le dispositif manque de matériel adéquat et les appels ne sont pas gratuits.

Ressources humaines : Le personnel dédié au dispositif, bien qu’il soit motivé, n’est pas suffisamment formé pour répondre à toutes les exigences de fonctionnement d’une ligne verte sans aucune prise en charge effective allouée ; aucun salaire n’est en effet dédié, à part des primes d’accompagnement ponctuelles liées à des projets

Matériel :  Un local existe déjà et est en mesure d’abriter un nouveau dispositif plus performant si cela s’avère nécessaire. Par ailleurs, l’équipement actuel ne répond plus aux exigences d’une ligne verte performante (Base de données dépassée, système d’archivage défaillant, dispositif d’appel rudimentaire etc.).

Communication : Plusieurs acteurs intègrent dans leurs actions de terrain la communication sur la ligne verte, mais cette dernière est faite de manière dispersée et le plus souvent sur une échelle géographique réduite par manque de stratégie et de ressources nécessaires.

A l’issue de tous ces constats relevés, des opportunités ont été identifiées pour ce dispositif qui représente un élément stratégique du système de protection en Guinée, et notamment des possibilités de partenariats avec les institutions internationales et les ONG locales pour des appuis. Néanmoins, la principale menace relative au fonctionnement du dispositif est le manque d’accompagnement de l’Etat pour une gratuité des appels et la continuité des services du centre d’appel.

En plus des recommandations principales formulées par l’évaluation, plusieurs autres recommandations ont été formulées sur les volets techniques, partenariaux et communautaires.